L’artiste vénézuélienne Dalia Ferreira expose à Lyon

Colecciones, Inicio

Flyer Expo Venezuela Décalage Press

« Venezuela en Décalage », c’est le nom de la nouvelle collection de l’artiste vénézuélienne Dalia Ferreira qui sera exposée du 04 au 25 mars 2019 à la Mairie du 7ème arrondissement à Lyon. Rendez-vous le 07 mars à 19h pour le vernissage.

L’exposition se fera sous un format encore jamais présenté par l’artiste : une série de 24 œuvres en forme d’horloges, exposées sur différents supports et accompagnées de projections numériques. Des interventions artistiques prendront place pour inviter à réfléchir aux concepts de distance et d’intemporalité, insurmontables, entre les Vénézuéliens en exils et leurs êtres chers.

Une série inspirée d’horloges pour réunir les Vénézuéliens dans l’exil

Le phénomène de la migration au Venezuela représente aujourd’hui une crise régionale en Amérique latine avec des répercussions mondiales. En 2019, près de 10 millions de Vénézuéliens ont dû fuir leur pays pour aller où le vent les porte. En avion, à pied, en autostop, cachés, effrayés, déplacés, légaux ou illégaux, comme des fugitifs.

Ces 24 œuvres inspirées de l‘esthétique des horloges prétendent parler de la nouvelle relation qu’établit le migrant vénézuélien avec les notions d’espace et de temps. Viendra s’ajouter à cela une œuvre audiovisuelle et artistique créée à partir des cinquante témoignages de Vénézuéliens qui ont participé à l’appel de Dalia sur son compte Instagram au cours de l’année 2018.

Dalia Ferreira est aussi victime de cet exode vénézuélien qui ne cesse d’augmenter de jour en jour. Elle est arrivée en France il y a quatre ans et c’est un thème avec lequel elle doit composer car toute sa famille est restée et restera au Venezuela.

Soutien au projet artistique « Venezuela en Décalage »

« Venezuela en Décalage » va au-delà d’une simple exposition d’art, c’est une action pour le Venezuela, et vous pouvez en faire partie. Il suffit de vous rendre sur le site kisskissbankbanak.com et chercher le projet « Venezuela en Décalage ». Choisissez le montant que vous souhaitez, avec un minimum de 5 euros et soutenez le projet. Toute contribution quelle qu’elle soit permettra d’atteindre les objectifs !

Nous vous invitons à partager ce projet sur les réseaux sociaux pour atteindre l’objectif plus rapidement. Grâce à vous, des projets comme celui-ci peuvent voir le jour et nous donner l’opportunité de répendre le nom du Venezuela à travers le monde ! Dès maintenant le temps compte plus que tout, alors n’hésitez pas à participer.

*Une campagne de crowdfunding permet d’obtenir le financement nécessaire à la réalisation de projets par le biais d’apports individuels de plusieurs personnes dans le monde entier. Chaque donateur reçoit un présent artistique en échange, proportionnel au don.

 

Vernissage Jeudi 7 mars 2019 à 19h.

16 Place Jean Macé, 69007 Lyon

Entrée Libre

Thamara Bryson @thamarabryson +33 6 25 21 23 59

thamarabryson@gmail.com / estudioartedalia@gmail.com daliaferreira.art

Traduction : Marine THIAM

 

 

Poème Venezuela en Décalage

Combien de kilomètres te séparent de ta famille là, maintenant ?

Combien de fois ces derniers temps t’es-tu demandé : quelle heure est-il là-bas, pour appeler ma maman, ou ma sœur ?

Combien de fois as-tu regardé l’heure qu’il était dans ton pays d’adoption, et soupiré de tristesse, car au Venezuela, le soleil n’est toujours pas levé ?

Combien de fois par jour ressens-tu que tu vis en-dehors de ton corps, en voyage dans le temps, à imaginer ce que font tes amis, une tante, ton chien, ou bien encore ce voisin dont tu ne pensais pas qu’il te manquerait un jour… ou pour essayer d’entendre la musique du rémouleur qui passe dans nos rues ?

 Nous les immigrés devrions peut-être avoir des montres à heures partagées, des méridiens communs qui traceraient des parallèles avec nos êtres chers. Nous devrions nous inventer un temps unique, un même soleil, une seule lune. Nous devrions nous inventer une pendule dont le tic-tac serait marqué par les battements du cœur de notre être préféré.

 Nos horloges battent au rythme de la nostalgie. Certaines sont solaires, et elles ne fonctionnent pas sous d’autres latitudes par manque de lumière. Et dans d’autres nous y transportons tout le sable des plages.

 Certains matins, nous nous réveillons avec des aiguilles plantées dans le cœur, notre horloge interne, et nous devons les rendre à l’horloge de notre nouvelle temporalité.

 Mais entre nous et nos affects, il n’y a qu’une seule et même heure en réalité. La notion d’espace-temps confirme que nous sommes nombreux à partager le même instant, où que ce soit sur la planète.

Comme le soleil se lève tôt dans ces lieux auxquels nous n’appartenons pas !

 

 

Anuncios

L’artiste vénézuélienne Dalia Ferreira expose à Lyon

Colecciones, Inicio

Flyer Expo Venezuela Décalage Press

« Venezuela en Décalage », c’est le nom de la nouvelle collection de l’artiste vénézuélienne Dalia Ferreira qui sera exposée du 04 au 25 mars 2019 à la Mairie du 7ème arrondissement à Lyon. Rendez-vous le 07 mars à 19h pour le vernissage.

L’exposition se fera sous un format encore jamais présenté par l’artiste : une série de 24 œuvres en forme d’horloges, exposées sur différents supports et accompagnées de projections numériques. Des interventions artistiques prendront place pour inviter à réfléchir aux concepts de distance et d’intemporalité, insurmontables, entre les Vénézuéliens en exils et leurs êtres chers.

Une série inspirée d’horloges pour réunir les Vénézuéliens dans l’exil

Le phénomène de la migration au Venezuela représente aujourd’hui une crise régionale en Amérique latine avec des répercussions mondiales. En 2019, près de 10 millions de Vénézuéliens ont dû fuir leur pays pour aller où le vent les porte. En avion, à pied, en autostop, cachés, effrayés, déplacés, légaux ou illégaux, comme des fugitifs.

Ces 24 œuvres inspirées de l‘esthétique des horloges prétendent parler de la nouvelle relation qu’établit le migrant vénézuélien avec les notions d’espace et de temps. Viendra s’ajouter à cela une œuvre audiovisuelle et artistique créée à partir des cinquante témoignages de Vénézuéliens qui ont participé à l’appel de Dalia sur son compte Instagram au cours de l’année 2018.

Dalia Ferreira est aussi victime de cet exode vénézuélien qui ne cesse d’augmenter de jour en jour. Elle est arrivée en France il y a quatre ans et c’est un thème avec lequel elle doit composer car toute sa famille est restée et restera au Venezuela.

Soutien au projet artistique « Venezuela en Décalage »

« Venezuela en Décalage » va au-delà d’une simple exposition d’art, c’est une action pour le Venezuela, et vous pouvez en faire partie. Il suffit de vous rendre sur le site kisskissbankbanak.com et chercher le projet « Venezuela en Décalage ». Choisissez le montant que vous souhaitez, avec un minimum de 5 euros et soutenez le projet. Toute contribution quelle qu’elle soit permettra d’atteindre les objectifs !

Nous vous invitons à partager ce projet sur les réseaux sociaux pour atteindre l’objectif plus rapidement. Grâce à vous, des projets comme celui-ci peuvent voir le jour et nous donner l’opportunité de répendre le nom du Venezuela à travers le monde ! Dès maintenant le temps compte plus que tout, alors n’hésitez pas à participer.

*Une campagne de crowdfunding permet d’obtenir le financement nécessaire à la réalisation de projets par le biais d’apports individuels de plusieurs personnes dans le monde entier. Chaque donateur reçoit un présent artistique en échange, proportionnel au don.

 

Vernissage Jeudi 7 mars 2019 à 19h.

16 Place Jean Macé, 69007 Lyon

Entrée Libre

Thamara Bryson @thamarabryson +33 6 25 21 23 59

thamarabryson@gmail.com / estudioartedalia@gmail.com daliaferreira.art

Traduction : Marine THIAM

 

 

Poème Venezuela en Décalage

Combien de kilomètres te séparent de ta famille là, maintenant ?

Combien de fois ces derniers temps t’es-tu demandé : quelle heure est-il là-bas, pour appeler ma maman, ou ma sœur ?

Combien de fois as-tu regardé l’heure qu’il était dans ton pays d’adoption, et soupiré de tristesse, car au Venezuela, le soleil n’est toujours pas levé ?

Combien de fois par jour ressens-tu que tu vis en-dehors de ton corps, en voyage dans le temps, à imaginer ce que font tes amis, une tante, ton chien, ou bien encore ce voisin dont tu ne pensais pas qu’il te manquerait un jour… ou pour essayer d’entendre la musique du rémouleur qui passe dans nos rues ?

 Nous les immigrés devrions peut-être avoir des montres à heures partagées, des méridiens communs qui traceraient des parallèles avec nos êtres chers. Nous devrions nous inventer un temps unique, un même soleil, une seule lune. Nous devrions nous inventer une pendule dont le tic-tac serait marqué par les battements du cœur de notre être préféré.

 Nos horloges battent au rythme de la nostalgie. Certaines sont solaires, et elles ne fonctionnent pas sous d’autres latitudes par manque de lumière. Et dans d’autres nous y transportons tout le sable des plages.

 Certains matins, nous nous réveillons avec des aiguilles plantées dans le cœur, notre horloge interne, et nous devons les rendre à l’horloge de notre nouvelle temporalité.

 Mais entre nous et nos affects, il n’y a qu’une seule et même heure en réalité. La notion d’espace-temps confirme que nous sommes nombreux à partager le même instant, où que ce soit sur la planète.

Comme le soleil se lève tôt dans ces lieux auxquels nous n’appartenons pas !

 

 

Colección Ciudad Mandalas, Miami 2017 por Dalia Ferreira y Silvia Parra

Colecciones

Ciudad Mandalas, Miami 2017

Ciudad Mandalas es el nombre de la serie que agrupa las obras creadas por las artistas Dalia Ferreira y Silvia Parra, que se estrena en la cadena de hoteles Park Royal que abrirá sus puertas en Miami Beach en Florida durante el mes de febrero 2017 y quienes eligieron a estas artistas para intervenir sus espacios.

 

El espíritu dinámico y los iconos de Miami Beach se detienen y danzan. Cada una de estas obras tiene su origen en la fotografía de Dalia Ferreira, quien cuenta una vez mas su propia historia de las ciudades, sobre lienzos que se levantan en el caballete de Silvia Parra, invitando a sus pinceles  a hacer revolotear y fantasear la ciudad con sus  enigmáticos mandalas.

Este reto de trabajar a cuatro manos en la distancia-Estados Unidos, Francia y México- significó un hito en la carrera de las artistas,  quienes además rompieron toda barrera para materializar una colección  permanente que muestra lo mundano y lo universal en mas de 50 obras de diferentes formatos.

Ahora, visitar el Hotel Park Royal  de Miami Beach será un viaje de ilusionismo y surrealismo. Una aventura en  donde los espectadores-huéspedes tendrán la oportunidad de ser acompañados a su paso por la memoria de esta ciudad art deco recreada por imágenes refrescantes y contemporáneas que saltan  desde el imaginario de estas dos creadoras.

La colección Ciudad Mandalas Miami, es solo el comienzo de un proyecto expansivo a otros espacios y latitudes. Un camino con pasajes de arte donde  estas dos artistas logran complacer con diversión y un lenguaje plástico y visual el espíritu del lugar, su  geometría y su carisma.

Crear en conjunto, en dos líneas de pensamiento o simplemente a cuatro manos es justo en el punto en donde las dos artistas se han encontrado para revelar una transmutación del ser humano; su raíz y condición como ser universal y ciudadanos de este planeta, esos que disfrutarán en cada habitación y espacios comunes del hotel con una colección de obras llamada : Ciudad Mandalas Miami.

Thamara Bryson
@thamarabryson
thamarabryson@Gmail.com
+33 06 25 21 23 59

Dalia Ferreira reside en Francia desde el 2014 en donde le da continuidad a su investigación sobre las ciudades con el proyecto Ciudades Enfrascadas; una serie de obras que parten de la fotografía de los íconos más emblemáticos de urbes como New York, Madrid, Londres, México o París, para luego intervenir y crear piezas en las que conviven el color y la energía ancestral de los mandalas, siendo el hilo conductor el ser humano y sus angustias universales.

Dalia Ferreira
www.daliaferreira.culturalspot.org
+33 06 08 41 02 23
@daliaferreira
press.daliaferreira@gmail.com
Lyon-France

Silvia Parra se consagra desde el 2015 como una investigadora y formadora del arte del Mandala; ha ido dejando sus pinceladas y trazos circulares en varias ciudades del mundo, concentrando su trabajo en la etapa embrionaria de su creación: una estadía en el Universo de colores contrastantes , ese mismo que permea en el ser humano y sus sentires, pacifista y apasionada por el poder de sus mandalas como fuente vital de paz y enfoque que al conjugarlos con el collage penetrante de Dalia, irradia un sinfín de emociones que en definitiva alegran al corazón del espectador.

Silvia Parra
www.silviaparrar.com
+1 78 65 53 79 65
@silviamandalas
soul26@hotmail.com
Miami-USA

 

Dalia Ferreira destapa sus ciudades en busca de oxígeno (Parte I)

Colecciones

A lo largo de este verano de 2016, los frascos de la artista Dalia Ferreira se desenroscan, germinan y buscan oxígeno con la nueva colección llamada “Ciudades al borde de la respiración” (Villes au bout du Souffle) que declina en varias exposiciones y actividades con el público en la región de Rhône-Alpes en Francia.

Obras en Movimiento, Ciudades Mutantes e Interactivas.

A manera de preámbulo a su exposición en la galería Pygmaphore de Grenoble, la artista ha sido antes invitada a a presentar su serie en forma interactiva en el espacio de experimentación e innovación urbana, llamado TUBA LYON (Ciudades Inteligentes del Mañana y Big Data Colaborativa) La artista pone en manos del espectador las obras de esta nueva colección vía lectura de códigos QR. Los espectadores podrán apreciar la obra expuesta en forma real y también en versión animada desde sus teléfonos móviles. Para quienes desean verlo a solo un click de distancia, pueden visitar la página de la artista o las animaciones en su biblioteca Giphy.

Ciudades tendidas al sol.

Ferreira llevará a cabo varios encuentros con los beta-testers de estos servicios digitales urbanos del espacio TUBA Lyon con una actividad llamada smARTCities / Collage Contemporáneo , durante la cual los participantes re-construirán artística y colectivamente la ciudad del mañana.

La artista también tiene previsto varias intervenciones de calle con el movimiento eco-responsable Colibris de Pierre Rabhi (construcción de una sociedad ecológica y humana)

También es este verano, una muestra de sus ciudades enfrascadas será presentada en el espacio Dynamixités de la ciudad de Lyon, la cual se moverá a Paris como parte del proyecto del nuevo espacio gastronómico venezolano Aji Dulce.

Pop Art Interactif à Lyon, Dalia FERREIRA “Villes au bout du Souffle”

Vernissage « Villes au bout du Souffle » – Dalia Ferreira, artiste numérique

Vernissage 9 Juin Dalia Ferreira TUBA Lyon

Dalia Ferreira, artiste latino-américaine parrainée par Google Open Gallery sera en résidence au TUBA à partir du 9 juin pour une expérience immersive et interactive de sa nouvelle exposition « Villes au bout du Souffle ». Changement climatique, mutations urbaines, nouveaux usages et relations humaines transformées par le numérique, sont ici interrogés par le regard à la fois décalé et ludique de l’artiste. Nous sommes heureux de l’acceuillir au LAB et lui souhaitons la bienvenue !Vernissage le jeudi 9 juin pour la découvrir en chair, en os et en toiles.

9 Juin 20h , TUBA (Lab & Mix), Place Charles Béraudier, Gare Part Dieu/Vivier Merle , 69003 Lyon, FRANCIA

“Villes au bout du Souffle”

Deconstrucciones

Colecciones

Luego  de  su  gira  expositiva  #CiudadesDelMundo2014  por  el continente europeo y después de haber sido la única venezolana seleccionada por Google Cultural Institute como  artista  Google  Open  Gallery con la creación de su nueva página web, Ferreira vuelve sobre sus raíces una vez más y se plantea un “jenga” caraqueño. El “Jenga” o “La Torre Infernal”  es  un  juego  de habilidad física y mental en el que sus jugadores intentan deconstruir un edificio para seguir armándolo.

Ciudades del Mundo

Colecciones

Es una investigación periodística, antropológica y social sobre la soledad y el desasosiego del ser humano enfrascados en las grandes metrópolis. Una visión inscrita en la fotografía pop contemporánea urbana, siendo Ferreira la única artista latinoamericana en trabajar este tema ya en forma global.  

El Miedo

Colecciones

Un mural expresado en 78 obras que alcanzan un holograma de cinco metros. El todo está en las partes de este mosaico cataclísmico, es unaCaracas estrangulada que se eleva en cajas de cartón repletas de los iconos de una ciudad que se extingue. Y cada una de las obras o celdas que componen este holograma, es un pedazo de cada espectador, que a su vez, conforma ese todo aterrador de nuestro presente como sociedad. 

Caracas Enfrascada

Colecciones

La ciudad cautiva en frascos. La posibilidad de ver como objeto de colección a nuestra urbe, clasificada con ánimos de catalogación científica.  Atesorar, guardar, proteger, pero a la vez encerrar, acumular lo nuestro, lo que nos pertenece, lo que nos hace lo que somos, enfrascarse en las mismas angustias que a su vez no dejamos escapar de estos objetos. La ciudad que nos contiene, que al mismo tiempo, es la ciudad que nos posee.

Caracas Saturada

Colecciones

Una colección que rinde homenaje cromático a la ciudad de Santiago de León de Caracas. Colores que estallan desde dentro de los eternos símbolos de la capital de Venezuela, como una celebración, o tal vez a manera de aullido saturado de una ciudad convulsionada. Jean-François Lyotard decía: “La Ciudad es agitación del pensamiento en busca de hábitat”

Roun Trip

Colecciones

“Señores pasajeros ya pueden abrocharse el cinturón para emprender el viaje ida y vuelta a la ciudad de Nueva York una metrópolis impregnada por iconos caraqueños. Si, como lo oyen, iconos de Caracas que se sublevan ante la majestuosidad de la Gran Manzana. Señores pasajeros bienvenidos a Round Trip”